LA POTERIE

page accueil

page accueil

ACCUEIL > LE VILLAGE > LA POTERIE

cliquez pour imprimer la page 

 

fd-corps-page-haut


«  Voici de St Quentin l’engeance des potiers
elle entasse sur des tréteaux sa poterie rustique
depuis le grand poêlon et le beau pot au feu
où le cévenol fait cuire son ragoût
Jusqu’au tout petit pot qui fait bouillir la soupette
De sucre et de pain du nourrisson qui tête.
Tout cela traversé de mille passages
Si petits, si étroits qu’il faut avoir
Les petits pieds et la jambe sauteuse des écureuils
Et à cloche-pied aller comme à marelle
Pour ne pas ébrécher, équeuter couvercle ou poterie… »

extrait du poème de la Fare –Alès « la raça topiniéira » traduit en français par J M PETIT tiré du livre de J.B Vazeille «  Saint Quentin la Poterie » 



HISTOIRE DE LA POTERIE DE ST-QUENTIN

Blason de St-Quentin-la-poterie - Les 7 clefs

Le blason de St-Quentin-la-poterie

Cet extrait du poème, où les étalages de poterie de toutes sortes permettent à peine au pied du badaud de s’aventurer, amène obligatoirement à s’intéresser à une spécialité tellement liée à l’histoire de notre village qu’elle a fini par s’ajouter à son nom.
St Quentin la poterie fournissait tout le midi de la France en pots ou « toupins » . Le nom de « toupinié » fut la désignation naturelle des habitants.
 Quand l’actuelle mairie fut construite, au cours du XIX siècle, on fit sculpter sur son fronton un blason représentant 7 pipes sortant d’un pot de terre, symbole de l’activité la plus représentative de la vie locale.
Enfin la poterie est à l’origine de 2 surnoms attribués aux habitants de St Quentin. Le 1er « manjo coustélo » ou « mange côtelettes » où ce morceau de choix était un véritable luxe. Le métier de potier, exercé par la plupart de St Quentinois, leur permettait de vivre aisément. Mais cette explication est inacceptable pour JB Vazeille. Au XIXéme comme pour le XVIIIème siècle les potiers étaient pour la plupart misérables, pouvant à peine nourrir leur famille. Aussi, il semblerait que l’interprêtation repose sur une méprise de vocabulaire : « manja costelas » costelas a, en occitan, une 2nde signification qui désigne la nervure des feuilles de cardes. Or si la poterie fut importante à St Quentin , l’activité agricole y fut toujours la principale source de revenus.
Le second sobriquet collectif se justifie davantage : « …comme son nom l’indique, St Quentin la Poterie ou « toupin » . D’où le nom de « toupinié » qui fut la désignation naturelle des habitants.
Nul ne sait à quand remontent les débuts de l’industrie de la poterie. D’après E.Dumas, elle daterait des VII et VIIIémes  siècles. Il n’est pas interdit de penser qu’elle est plus ancienne encore. Lors d’une exposition organisée à Uzès, sous le titre « 5.000 ans de céramique » dans les années 70, une vitrine présentait une poterie de St Quentin  du XIX siècle à côté d’une pièce d’origine romaine mise à jour au cours des fouilles dans l’Uzège. Frappant, la similitude absolue de la forme , comme si les potiers du XIXéme siècle n’avaient fait que perpétuer une tradition aussi ancienne que notre ère.
Comme l’atteste M.G. Borias, « au Moyen Age, St Quentin fut un centre de fabrication de « pegauts », céramique grise, légère et sonore ». Il ajoute « au XIXéme siècle l’industrie y était florissante et commande fut faite par les constructeurs du Palais des Papes de briques de pavement.
Au début du XVIIIéme siècle, la présence de 42 potiers ou pipiers est confirmée dans notre village par le registre des capitations du diocèse d’Uzès. Entre 1790 et 1800 une vingtaine de fours fonctionnaient à St Quentin.
L’accroissement et le déclin de la population ont manifestement suivi les progrès puis la lente disparition de la poterie. Cependant les poteries de St Quentin jouissent d’une réputation méritée, elles sont le produit d’un argile réfractaire dont la principale qualité est de résister à la plus forte action du feu. Cette réputation n’empêche pas la Fare –Alès de qualifier les œuvres sorties des fours de St Quentin de « terralha grossièra ». Cette opinion se retrouvera plus tard sous la plume de Mistral dans « Tresor dou félibrige ».
La poterie provenant de St Quentin était à usage purement domestique. Jamais n’a été lancé sur le marché des pièces remarquable par leur élégance ou leur finesse. Chaque époque se crée ses critères  de jugement et ce qui était estimé grossier au XIXéme siècle peut aujourd’hui avoir la faveur auprès des amateurs.
Pendant toute la 1ère moitié du XIXéme siècle la vie artisanale amenait une animation intense dans le village. Les encombrements des rues étaient courants et causaient des tracas. On facilita la circulation dans le centre du village. L’élargissement d’une nouvelle voie d communication était envisagé ainsi le transport des marchandises était dévié et ne plus dans la Grande Rue longue et étroite.
Les chargements de terres précédaient les chargements de bois nécessaires à la cuisson. Jadis la forêt couvrait de vastes espaces qui se sont transformés en garrigues . M. Chabaud a pu juger de la responsabilité qui incombe aux potiers dans cette destruction  de la forêt ainsi  que les «  broquiers » nom local donné aux tonneliers . Toujours est-il que dans les années 1830 les bois étaient dévastés . Il fallait choisir entre une protection de l’environnement comme nous dirions aujourd’hui et la survie d’une économie locale. Si la poterie procure du travail à la population, elle ne lui apporte pas la richesse.

 



LA CÉRAMIQUE CONTEMPORAINE

 

Céramiques Galtié

Céramiques Galtié

Jadis, de poterie, Saint Quentin ne portait pas le nom : centre important au XIXème siècle, au point que la Poste de l'époque, pour éviter la confusion d'un abondant courrier destiné aux potiers se perdant parmi les 35 autres St-Quentin français, demanda à la commune de modifier son nom en Saint-Quentin-la-Poterie.
Signalé service rendu à la postérité !
Mais victimes de la Grande Guerre et de l'aluminium les ateliers disparurent tous dans le 1er quart du XXème siècle comme tant d'autres dans d'innombrables lieux à l'activité trop liée à la ruralité. Seule continua la fabrique Job Clerc, renommée de part le monde  pour la qualité de ses pipes en terre. Elle tînt bon jusqu'en 1970 et ne subsista que le souvenir d'un mariage avec l'argile commencé 5000 ans plus tôt...
Long et fier passé que certains se prirent à rêver de ressusciter : une volonté portée par quelques uns de l'équipe municipale d'alors et son maire M. Jean, puis reprise avec force par Nicole Bouyala dès son élection.

En 1983, l'arrivée de premiers potiers donnent corps à l'idée et le lancement du marché annuel de la céramique Terralha, replace rapidement Saint-Quentin-la-Poterie au premier plan des lieux consacrés à une céramique de qualité. La renommée aidant, suivent l'ouverture d'une Galerie, puis d'un CFA, d'une librairie et d'un site internet d'audience nationale et enfin d'un musée, tous consacrés à la céramique.
Dans le même temps des ateliers se créent, plus de 25 actuellement, tous différents, chacun explorant à sa manière les multiples facettes du métier de potier, participant au dynamisme de l'ensemble en organisant eux aussi leurs propres manifestations.
Quant au village, il prend des couleurs, change les crépis de ses façades, s'anime de nombreuses boutiques, bref se métamorphose tout en gardant l'essentiel, son identité. Ainsi l'Office culturel, toujours soutenu sans restriction par les municipalités successives crée le lien entre les différentes entités, gère la communication et l'accueil du public nombreux qui trouve dans Saint-Quentin-la-Poterie, un véritable village, riche des nombreux commerces et d'activités multiples.

Saint-Quentin-la-Poterie est le fruit d'une alchimie subtile qui pourrait porter le nom d'eutectique ! En céramique la plus part des matériaux utilisés pour créer les couleurs ont un point de fusion beaucoup plus élevé que la température habituelle des fours de potiers : ils ne peuvent être utilisés qu'en mélange, l'eutectique, leur mixité abaissant ainsi leur point de fusion et permettant la chatoyance des palettes de couleurs des émaux céramiques. Tout en favorisant une activité économique originale, Saint-Quentin-la-Poterie a su appliquer la recette dans le respect de chacun : une belle leçon de démocratie !
 
Charles Eissautier - Juin 2010

 

Poteries Fournalin

Poteries Fournalin

fd-corps-page-bas 

fd-totem-haut

l'agenda

Mardi 4 avril 2017
> Ouverture déchèterie de Vallabrix

chemin de la Carrière

bt-suite-agenda-off 

barre-marron-agenda
  défilement vers le haut  défilement vers le bas tout l’agenda >

l'actualité

SICTOMU

plus de précision sur cette actualité 

DEFIBRILLATEURS

2 DEFIBRILLATEURS SUR LA COMMUNE

plus de précision sur cette actualité 

  défilement vers le haut  défilement vers le bas toute l’actualité >

les liens

 Galeries et Musée de la céramique à Saint-Quentin
 La Galerie Terra-Viva
 Le Musée de la Poterie Méditerranéenne


PLAN DU VILLAGE les Associations L'HISTOIRE l'Agenda les marchés hebdomadaires LE PATRIMOINE histoire de la poterie LA CULTURE ET LES LOISIRS le tourisme la Crèche LA CERAMIQUE mentions légales Les marchés publics LA VIE SOCIALE Plan des pratiques phytosanitaires LES RENCONTRES CITOYENNES L'ENVIRONNEMENT PROJET AMENAGEMENT PLACE DU MARCHE Règlementation La régie de l'eau

fd-totem-bas

Mairie de Saint-Quentin-la-poterie - 6 Place de la Mairie - 30700 SAINT-QUENTIN-LA-POTERIE
Tél. : 04 66 22 15 71 - Fax : 04 66 22 46 06 - Contact mairie - Mentions légales
C’est une réalisation de l’agence Web Dédaele multimedia